P'tit blog d'une illustratrice jeunesse Laure Phelipon

Un ange est entré dans ma vie

Les caresses d'un ange- petit pêcheur

Il y a des rencontres qui viennent changer votre vie. Peut-être aussi parce que c'était le moment et que j'étais prête.

La vie nous fait de drôle de blagues... C'est quand un monde s'écroule, qu'un autre prend vie.

J'ai grandi avec la peur au ventre, la peur de la mort, la peur de la vie. J'ai été baptisée mais on me disait qu'il n'y avait rien après la mort. Ce vide sidéral qui s'ouvrait sous mes pieds m'angoissait tellement. J'avançais en me demandant bien à quoi cela pouvait servir de vivre. Je n'y voyais pas beaucoup d'intérêt, alors j'essayais de tirer le plus possible de profit de ce court passage sur terre. Avec tout de même un besoin d'être quelqu'un de bien pour les autres.

Et puis, vient le jour de la séparation avec la personne qui était le centre de mon univers depuis ma plus tendre enfance. C'est à ce moment, que mes questionnements ont reprit place dans ma tête. Je ne pouvais pas croire, que sa vie s'arrêtait là, que c'était fini, qu'elle n'était plus qu'un souvenir dans mon cœur... Quelque chose au fond de moi remuait et j'ai commencé à avoir besoin de réponse. J'étais tellement loin à ce moment là, de savoir que ma vie (ou plutôt ma vision de la vie) allait totalement changer.

Je voulais juste que l'on me dise : "ne t'inquiètes pas, la mort n'est qu'une étape et celle que tu as toujours aimé est toujours là près de toi". Mais, ça ne s'est pas arrêté à ça. Et c'est tout un nouveau monde qui s'est ouvert à moi. Un monde qui permet de voir le plus beau. Un monde qui me semble dans le vrai... Bien loin de ce que la société a créé.

Je vous invite entre autre à aller voir cette chaine Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=SPoTulSpFw4&list=PLdmVc9rBJ0yzja830mroG57k3dgDrH0bX

Si nous arrivions tous à nous reconnecter à ce qu'il y a de plus beau en chacun de nous, le monde serait si différent. Mais chacun à son trajet à faire. Et le mien à la chance d'être soutenu par une personne incroyable. Je me sens comme "connectée" à elle quand je réalise certaines illustrations... Comme si je recevais ses messages et que je n'avais plus qu'à les mettre en courbes et couleurs...

toujours là près de toi, même quand tu ne me vois pas

Les caresses d'un ange

Les caresses d'un ange- petit pêcheur

C'est en lisant une de ses rédactions écrite quand il était enfant, que cette illustration m'est venue. Il allait pêcher, avec un bâton et un fil au bout duquel il n'y avait rien. C'était simplement prétexte à la rêverie. Et l'image de ce petit ange qui caresse les poissons avec les plumes de ses ailes m'est apparue.

Toutes les petites choses les plus simples de la vie, prennent une autre dimension. Et chaque petite chose à son importance. Je ne cours plus après le "grand", je ne cours plus tout court. Je me pose et je regarde toutes les petites choses qui défilent, en pesant la beauté et l'importance de chacune d'elle... Je n’assume pas encore tout complètement, mais j'entrevois les possibilités, et je fais tout pour tendre vers ce monde merveilleux...

Les images présentes sur ce blog ne sont pas libre de droit, vous ne pouvez pas les utiliser sans avoir l'accord de l'auteur. Pour toutes demandes et questions : laurephelipon@gmail.com
http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2017%2F07%2Fange.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

Laisser une réponse

Je suis illustratrice jeunesse et Graphiste, le dessin, la peinture et les collages sont une vraie passion !
Vous allez si vous le souhaitez rentrer dans un petit monde fait de personnages sortis d'un imaginaire enfantin et naif. N'hésitez pas à me laisser un mail pour me faire votre commande (Peinture, faire-part, affiche)

20/07/2018 13h54
La voici en couleurs ! <3
19/07/2018 15h25
Défi n°5 texte de Pierre-jean Baranger et merci à Kathleen Brun qui m'a prêté son joli visage <3Le volet en bas claqua avec violence, la faisant sursauter. Irina comprit qu'elle devrait encore affronter ses peurs, ce soir ! Le vent poussait devant lui des nuages lourds qu'elle voyait monter à l'assaut du versant comme des taureaux furieux. Irina avait peur de ces orages résonnant l'été sur les plateaux de roche blanche, laissant vibrer les carreaux et résonner l'espace, tel un gong d'airain.Déjà deux ans ! Deux années pleines de vide, qu'elle meublait de ses heures. Deux années à l'attendre, chaque jour. Il partait tôt et revenait tard, épuisé, porté par son travail sur des routes étroites, avant de rejoindre Mende. La Lozère avait son charme, mais une certaine âpreté ne lui faisait pas défaut.Soudain, quelqu'un frappa. Elle sursauta à nouveau. Qui pouvait venir ici ? S'égarer là ou nul chemin ne menait ? Elle descendit de la chambre, traversa la grande pièce servant de cuisine et de salle à manger. Au passage, elle jeta un œil à la cheminée où le courant d'air mugissait sourdement désormais. Elle ouvrit avec prudence la porte, résistant à l'assaut du vent et de la pluie. Une ombre s'engouffra devant elle, sans se soucier des présentations. Le temps viendrait. Plus tard. L'éclair frappa le plateau non loin, illuminant brièvement les visages. Avant de prononcer un mot, ils attendirent la déflagration sèche, déchirant l'air comme une feuille de papier journal.L'inconnu retira la capuche de son ciré. L'inconnue plutôt. Un visage d'ange, encadré de cheveux blonds collés par la pluie. La beauté d'une divinité apparue au coin d'un mystère. Irina offrit son plus beau sourire.- Vous venez d'où ? Osa-t-elle.L'inconnue montra le ciel du doigt.- vous êtes descendue des nuages ?Irina regretta aussitôt sa spontanéité.- Non. Je parcours la montagne à la recherche de mon passé. Et si je suis devant vous, c'est que vous habitez la maison de ma mère....Irina resta pétrifiée ! Une inconnue débarquait en plein orage pour lui parler d'héritage ! Devant son attitude, l'inconnue se hâta d'ajouter quelques mots.- Je ne viens pas la reprendre, mais vous remercier.- de quoi ?- d'être capable d'aimer cet endroit... Ce n'est pas si évident, vous savez !Irina lui proposa de s'asseoir, de boire quelque chose. L'autre femme accepta.- Je crois que l'amour nous dépasse. Il nous dépasse tous !Pourquoi avait-elle dit cela ? Irina n'en savait rien.L'inconnue sourit, but un peu d'eau. Dehors, le noir se déchirait sous les éclats blancs.- Vous avez raison. Mais ce que vous dites ici, est-ce ce lieu qui vous l'a murmuré sans cesse depuis que vous l'occupez ?Ce que Irina ne savait pas encore, c'est que le destin voyage parfois incognito, même au cœur des orages les plus violents...Elle ne tarderait pas à l'apprendre.
18/07/2018 14h36
Pierre-jean Baranger :Défi n° 4.La maison que je connaissais depuis mes premières heures se vidait. Je ne pouvais m'empêcher de voir une hémorragie que rien ne pourrait tarir, sinon le dernier camion parti, que ce soit pour la benne ou la salle des ventes. Je restais debout, impuissant, victime de l'inéluctable avancée des heures, de l'existence. Les pièces désormais immenses, résonnaient aux pas des déménageurs indifférents et presque las. Au fur et à mesure que m'apparaissait l'espace, je le meublais de mes souvenirs, puisant surtout dans les meilleurs dont je pouvais me rappeler. Le papier peint apparaissait maintenant en plein jour, fragile comme une vieille peau tatouée de l'ombre en positif des cadres, du miroir, des dessins d'enfants punaisés.Dans un recoin, je remarquai presque par hasard une boîte de fer négligée par le mouvement ambiant. De toute évidence, son usage avait été dévoyé, l'offrant comme réceptacle à l'hétéroclite. Résistante, elle avait fidèlement; veillé sur mes trésors d'enfant. En m'approchant lentement de ma vie d'adulte, j'avais peu à peu oublié jusqu'à sa réalité, l'abandonnant à l'ombre d'où elle ressurgissait à cet instant.Au milieu d'une maison exsangue, elle me revenait, tel un héritage d'une relativité, d'un peu de vie passée m'offrant un présent.
15/07/2018 16h39
Un troisième défi... et pas des moindre ! J'ai eu tellement de mal ! j'avais mon idée dans la tête, je voulais sentir, la passion, une petite gêne mais le plaisir intense se lire sur le visage de la violoncelliste ! le dessin fige tellement les choses... ça ne reflète pas vraiment ce que j'aurais voulu, mais ça me plait de me donner ce genre de challenge... Je crois que ça me fait progresser aussiMerci Pierre-jean Baranger ;)Jamais son existence ou l'enseignement reçu n'aurait pu répondre à ce qui se passa dans sa vie cette année-là. En décidant de prendre des leçons de violoncelle afin de parfaire son jeu, elle était loin d'imaginer où ces heures l'emmèneraient.Ce fut si rapide !Il se levait, tournait autour d'elle comme pour délimiter le cercle sacré d'où sa musique s'élevait. Puis il s'approchait, Il repositionnait l'instrument entre les jambes de son élève, effleurait d'une main légère le coude du bras maniant l'archet, la main dans sa tenue. Elle, concentrée sur sa partition, acceptait ce contact étrange et nouveau.- Ton mouvement ! N'oublie pas que tu n'es qu'une avec ton violoncelle ! Vous faites l'amour et de votre étreinte naît votre interprétation ! Le résultat pour celui qui ose entendre et surtout écouter, doit offrir toute la sensualité de votre alliance, à ton instrument et à toi ! Ne brise pas son corps lorsque tu le serres entre tes jambes, laisse-le pleurer de joie ou de tristesse à la manière d'un amant éploré ! C'est ton bras, ce sont tes mains qui le guident ! Il vibre par la caresse de ton archet ! Joue, tel un ange !Elle rougissait à peine. Mais elle sentait bien que ses barrières les plus intimes devraient un jour se lever pour atteindre le degré de jeu qu'elle et lui espéraient.Elle en vint à attendre les leçons avec impatience et ardeur. Elle était troublée, comme si elle échappait à sa condition, à sa famille, à la société, au jugement qu'elle redoutait. Un jour enfin, elle s'offrit pleinement à son violoncelle. Bach s'y prêtait si bien ! Elle termina le morceau le souffle court, les joues rouges et légèrement échevelée, presque confuse et étrangère à elle-même. Transcendée.A l'absence de paroles de la part du professeur, elle ne répondit qu'un seul mot : Merci.
13/07/2018 19h44
Défi 3 ! quel croquis je mets en couleurs pour illustrer ce magnifique texte de Pierre-jean Baranger ?Jamais son existence ou l'enseignement reçu n'aurait pu répondre à ce qui se passa dans sa vie cette année-là. En décidant de prendre des leçons de violoncelle afin de parfaire son jeu, elle était loin d'imaginer où ces heures l'emmèneraient.Ce fut si rapide !Il se levait, tournait autour d'elle comme pour délimiter le cercle sacré d'où sa musique s'élevait. Puis il s'approchait, Il repositionnait l'instrument entre les jambes de son élève, effleurait d'une main légère le coude du bras maniant l'archet, la main dans sa tenue. Elle, concentrée sur sa partition, acceptait ce contact étrange et nouveau.- Ton mouvement ! N'oublie pas que tu n'es qu'une avec ton violoncelle ! Vous faites l'amour et de votre étreinte naît votre interprétation ! Le résultat pour celui qui ose entendre et surtout écouter, doit offrir toute la sensualité de votre alliance, à ton instrument et à toi ! Ne brise pas son corps lorsque tu le serres entre tes jambes, laisse-le pleurer de joie ou de tristesse à la manière d'un amant éploré ! C'est ton bras, ce sont tes mains qui le guident ! Il vibre par la caresse de ton archet ! Joue, tel un ange !Elle rougissait à peine. Mais elle sentait bien que ses barrières les plus intimes devraient un jour se lever pour atteindre le degré de jeu qu'elle et lui espéraient.Elle en vint à attendre les leçons avec impatience et ardeur. Elle était troublée, comme si elle échappait à sa condition, à sa famille, à la société, au jugement qu'elle redoutait. Un jour enfin, elle s'offrit pleinement à son violoncelle. Bach s'y prêtait si bien ! Elle termina le morceau le souffle court, les joues rouges et légèrement échevelée, presque confuse et étrangère à elle-même. Transcendée.A l'absence de paroles de la part du professeur, elle ne répondit qu'un seul mot : Merci.
13/07/2018 18h32
Voici un peu de couleurs ;)
13/07/2018 11h43
Deuxième défi... de Pierre-jean Baranger (merci pour tes textes fabuleux)- Ouvre ta main !La demande avait claqué comme un ordre et l'enfant leva vers son père un regard implorant.- Ouvre ta main, te dis-je ! Que caches-tu ?Le gamin, comme si sa volonté cédait devant l'adulte, déplia un doigt, puis l'autre, presque lentement. Il me sembla voir une fleur s'épanouir. Au milieu de sa paume, un tout petit caillou se dévoila. Il avait une forme particulière ; un minuscule cœur de pierre. Son père s'agenouilla devant lui, plongea son regard dans les yeux de son fils. Presque à voix basse, contrastant avec le ton utilisé jusqu'à maintenant, il lui demanda :- De quoi avais-tu peur ? Qu'il s'envole ?L'enfant opina du chef, au bord des larmes.- Ce n'est pas ça... L'autre jour, tu as dis que ton ami avait un cœur de pierre. En marchant, je l'ai retrouvé par terre. Je voudrais le lui rendre.- Mais ce n'était qu'une expression, ne t'inquiète pas !Le gosse secoua gravement la tête.- Si, je m'inquiète. Le cœur de pierre, il ne bat plus pour personne ! Je le sais, j'ai écouté. Mais peut-être qu'en le gardant dans ma main, il rebattra un jour...
11/07/2018 16h38
Une illustration rapide sur un des merveilleux textes de Pierre-jean Baranger que je vous invite à découvrir ; sur sa page : "La femme s'affala dans son canapé, précisément là où son corps fatigué creusait, jour après jour, la mousse des coussins. Elle prit la télécommande et alluma le téléviseur, récupéra sur la table basse la bouteille de bière juste ouverte. Elle jeta un œil distrait aux images, un peu indifférente. Du sport ! Et pourquoi pas ?De toute manière, elle pouvait regarder ce qu'elle voulait comme programme, nul ne contesterait son choix ! Elle était seule, depuis longtemps. Ses enfants étaient partis, son mari aussi. Elle ne se souvenait plus trop dans quel ordre ! Une fatalité, aurait dit sa mère. Elle tendit la main, attrapa la peluche usée qui semblait assise là, tout près d'elle. Elle la fixa comme si, au travers de l'imitation de vivant, pouvait se deviner tant d'histoires passées. Mais ce qui l'intéressait presque de manière brutale, à la mesure d'une soudaine conscience, c'était l'avenir, son avenir, même si elle n'arrivait pas à lui donner à ce jour, une véritable forme. La femme devinait que tout pouvait changer, voilà tout.Une décision s'imposa, celle d'aller respirer dehors, de quitter ce moulage dans son siège pour trouver le changement qu'elle attendait. Elle s'arracha du canapé, se tint immobile, presque oscillante, comme si quelque chose manquait. Soudain, elle mit la bouteille entre les pattes de l'ancien doudou. Ce dernier se tint coi. Qu'aurait-il pu dire, d'ailleurs ? Qu'il n'aimait pas le sport sur le petit écran et qu'il préférait le diabolo-menthe ? Elle abandonna ce tableau sans regret, d'une peluche regardant la télé, avec une bouteille de bière coincée contre son torse..."
09/07/2018 08h11
Après un joli weekend ensoleillé, c'est repartit pour des illustrations tout aussi colorées ;) C'est un peu comme si je partais en vacances en Afrique... Et vous que faites-vous pour vos vacances ?
05/07/2018 20h40
Et voilà ! Commencé en février... finalisé en Juillet ! Les fichiers sont envoyés ce soir même et il ne restera que qq petites corrections à apporter. Beaucoup d'émotion autour de ce projet fou avec Pierre-jean Baranger ! Je vous montre deux croquis que vous retrouverez à la fin du livre ! A ce rythme là, il y a moyen que le livre soit entre nos mains en septembre... Je trépigne !
05/07/2018 08h03
Un joli projet en cours pour Be Light Editions écrit par Délassa Relaxation. Des méditations illustrées pour enfants. Voici un essai pour la couverture. Je suis partie sur des couleurs tendres pour donner la notion de douceur, de bien-être et d'apaisement. Qu'en pensez-vous ?
02/07/2018 07h45
Quand tu vois un de tes univers graphique adapté sur une voiture <3 <3 <3 c'est trop génial ! un grand merci Sarah Feki pour les photos !!!
22/06/2018 13h42
Un gros week-end qui s'annonce. Samedi soir spectacle d'impro et dimanche journée dédicaces !!! Je serai heureuse de vous rencontrer ici ou là. .... ;)
20/06/2018 10h13
Je ne vous ai pas montré ce faire-part de naissance pour des parents musiciens ;)
17/06/2018 18h28
Voici donc le résumé d'une merveilleuse semaine à l'école de saint Auvent <3 merci Gwen Larpin pour la relecture du billet ;) http://www.laure-illustrations.com/2018/06/fresque-murale-cantine-scolaire.html
15/06/2018 20h23
Une magnifique semaine qui vient de s'écouler. Je vous en parle en détail demain sur mon blog <3
12/06/2018 19h46
Une très belle journée encore avec des enfants adorables, motivés qui ont mis tout leur coeur à l'ouvrage. Du bonheur <3
11/06/2018 20h01
Aujourd'hui, Début de la fresque de la cantine de l'école de st Auvent ! je vous montre très vite des photos des enfants en train de peindre le mur ;) 3
05/06/2018 08h53
J'ai eu la joie de réaliser l'affiche de cette jolie compagnie que vous pouvez retrouver ici : http://www.compagnie-dounya.com/
03/06/2018 19h59
Vous préférez le numérique ou l'aquarelle ?
02/06/2018 12h23
Petit croquis qui sera imprimé sur la page de dédicaces pour notre livre avec Pierre-jean Baranger ! On finalise ! Sa sortie est prévue fin septembre !!!! Yahouuuuuu
01/06/2018 09h51
Une nouvelle illustration pour Petit Lu qui va être coiffeuse à domicile en septembre <3 un bonheur d'avoir votre confiance pour vos beaux projets <3
31/05/2018 12h51
Voici le croquis de la fresque que je vais bientôt réaliser dans la cantine de l'école de St Auvent ! <3 vous en pensez quoi ?
30/05/2018 08h41
Un très beau projet d'identité visuelle. Belle journée à vous <3
28/05/2018 15h22
Nous avons ajouté deux nouveaux visuels pour les coupons sur la boutique ! j'espère qu'ils vous plairont <3 https://boutique.laure-illustrations.com/tous-les-produits.php#coupons-carres
Laure Phelipon