P'tit blog d'une illustratrice jeunesse Laure Phelipon

Cette illustration de la chenille transformée en papillon pour vous demander si vous croyez au destin ?

éclosion d'un apapillon

Cette illustration de la chenille transformée en papillon pour vous demander si vous croyez au destin ?

Comment explique t'on qu'au moment où nous faisons certaines rencontres, tout notre être nous dit que c'est comme une évidence, que l'on devait rencontrer cette personne ? Ne pensez-vous pas que nous avons au fond de nous des choses à vivre et à expérimenter et que nous ne pourrons pas les éviter. Ce qui me fait dire que nous ne sommes pas totalement maitre de nos vies : nos passions... Pourquoi je me passionne pour le dessin pourquoi j'ai une "facilité" pour le dessin et pas pour la musique alors que la musique me plait tout autant ? pourquoi mon être rejette la comptabilité alors que d'autres adorent les chiffres. N'avons-nous pas des choses en nous qui force un peu notre chemin ? qu'en pensez-vous ?

FAIRE-PART DE MARIAGE

J'ai eu le grand bonheur de travailler sur ce faire-part de mariage.

Je me souviens que quand j'ai commencé à réaliser des illustrations personnalisées, j'étais assez anxieuse à chaque fois. Depuis 2/3 ans, j'ai du avoir comme un déclic, je crois que je sais mieux "entendre" les personnes qui viennent vers moi.

Elles me disent qui elles sont, ce qu'elles attendent, et il y a comme un déclic, comme si j'arrivais à me connecter à eux et que derrière l'illustration coulait de source. Je suis toujours un peu stressée en attendant le retour lorsque j'envoie le croquis. mais je reçois dernièrement des messages tellement touchants. C'est un bonheur tellement immense de se dire que j'ai réussi à capter, qui ils sont et de réussir à le leur retranscrire.

Des petits bonheurs quotidiens <3 à mettre tout près du coeur.

Bonne journée !


Voir tous mes faire-parts
http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F09%2Fcette-illustration-de-la-chenille-transformee-en-papillon-pour-vous-demander-si-vous-croyez-au-destin.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

Une illustration venue d’ailleurs, la fille papillon

illustration la fille papillon"J'ai fermé les yeux pour me reposer. Cette image est apparue. Je me suis levée il fallait que je la mette sur papier. J'ai compris qu'on pouvait ressentir un immense bien être en étant au milieu de la tourmente. Ce moment où l'on n'a plus peur de rien parce que tout perd son sens... À ce moment tout devient possible."

Voici l'image et le texte que j'ai posté jeudi soir sur facebook. Cette illustration ne sort pas de ma raison, A aucun moment il y a eu de la réflexion de ma part sur ce visuel. Cette image m'est apparue alors que je m'endormais, elle m'a réveillée, il fallait que je la reproduise.

J'ai pris une feuille, un crayon, mes peintures... Je ne cherchais pas à faire qq chose de joli. J'essayais juste le plus rapidement possible de retranscrire cette vision avant qu'elle ne s'efface de ma mémoire.

Et les réactions que j'ai eu sur facebook, m'ont fait prendre conscience que j'avais été un transmetteur.

Cette image a parlé au coeur, j'ai su qu'elle avait une force qui m'échappait.

Plus étonnant encore, le jeune homme que j'ai aimé plus que tout lors de mes 20 ans m'a laissé un commentaire. J'ai su qu'il suivait toujours mon travail alors que nous ne nous parlons plus et que chacun fait sa vie.

J'y ai vu comme un message, je l'ai perdu parce que je voulais qu'il m'appartienne, je le voulais rien que pour moi... ça a sans doute été la plus grande leçon de ma vie. A trop vouloir, on perd tout.

Je pensais qu'il ne m'aimait pas autant que je l'aimais...

J'ai vu son message comme un rappel à tout ça. Il me suit toujours et il aime mon travail. le lien est bien existant malgré les silences.

Je lis également Le miracle Spinoza de Frédéric Lenoir. Et je me rends compte, que malgré ma tolérance, je suis tjs dans le jugement de tout, "si cette personne est comme ça, elle ne doit pas être heureuse..." , "s'il agit comme ça, c'est que je ne suis pas assez bien pour lui..." "s'il ne fait pas ça pour moi, c'est qu'il ne m'aime pas autant que je l'aime...",

J'ai du reprendre les antidépresseurs, je vois ça comme un échec. Mais j'étais en train de sombrer. Je n'arrivais plus du tout à gérer mes émotions, la vie devenait lourde à porter et je dormais tout le temps, car c'est seulement en dormant que je pouvais m'alléger.

J'ai repris les antidépresseurs parce que je me déteste. Je me regarde faire et vivre, et je me vois laide et stupide...

En lisant la philosophie de Spinoza, je suis en train de prendre conscience, que pour ne plus me juger moi, je dois arrêter de juger et d'interpréter les actions des autres...

J'ai devant moi un long chemin. Je sais que parfois je vois les vies de certaines personnes et je me dis que je ne voudrais surtout pas vivre comme elles... Mais de quoi je me mêle, et en quoi je suis aussi certaine que ma vie est mieux que la leur ? Je me pose toujours beaucoup de questions...

Par exemple, quand je croise une personne qui a une grande sagesse, d'un côté je l'envie pour son côté apaisé, et en même temps je la plains, car moi j'ai besoin de grandes émotions pour me sentir vivante.

Mais, je dois surtout apprendre à arrêter les comparaisons. Et arrêter d'avoir peur de ce que je ne connais pas.

Le jour où je vivrai sans me juger... Je serai libre.

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F09%2Fune-illustration-venue-dailleurs-la-fille-papillon.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

défi 11 – Le train soufflait sa vapeur haut dans le ciel textes et illustration

voyage en train

Nouveau défi un peu différent :

Tout d'abord Gwen Larpin a écrit un texte sur lequel j'ai réalisé cette illustration :

voici son texte :

"Le train soufflait sa vapeur haut dans le ciel. Son sifflement s’épanouissait dans les champs de givre, sans mur ni montagne pour le retenir.

Installée bien au chaud dans son compartiment, Jazz regardait défiler le paysage sans vraiment le voir, absorbée par ses pensées.

Elle aimait les trains. Elle ne savait pas pourquoi. Etait-ce le cliquetis régulier de la mécanique ? Ou ce léger mouvement, ce bercement doux comme une caresse ?

Non. C’était la distance entre elle et la réalité. Le train traversant les contrées immobiles, isolant le voyageur du reste du monde.

Le temps était en suspens. On pouvait fermer les yeux “ici”, s’endormir, et se réveiller “là”.

Jazz avait tout le loisir de laisser vagabonder son esprit, reprendre son souffle entre deux quotidiens. Revivre son passé, rêver de l’avenir. La vie ne lui paraissait jamais aussi claire qu’à ces instants.

Jazz aimait les trains. Bien au chaud dans son compartiment, elle ne voyageait pas vers une destination, elle voyageait vers elle-même."

Ensuite j'ai envoyé l'image à Pierre-jean Baranger sans lui parler du texte, et voici ce qu'il a écrit à partir de l'image

"J'avais toujours redouté les voyages en train, sans doute parce que je n'aimais pas les adieux qui émaillent les gares. Je me rappelais des étreintes brisées à regret, des regards qui n'en finissaient pas d'étendre leur fil jusqu'à l'inéluctable rupture, des mains qui restaient tendues vers celles de celui qui partait ou restait, en mimant une retenue presque muette. Souvent, dans les films, le train se lançait, dans son chuintement métallique, pendant qu'apparaissait le mot "fin" sur l'écran des existences séparées.

Mais aujourd'hui, j'avais franchi le pas, refusant mes larmes. Mon avenir m'attendait, là-bas. Les bras ouverts. Je venais de m'arracher à ce qui me retenais encore à mon enfance, à la manière de ces herbes aquatiques me faisant hurler de peur lorsque je me baignais dans la rivière, près de chez ma grand-mère, lors des grandes vacances. J'avais soufflé sur la vitre à côté de mon siège, dessinant une enfant jouant dans les prés, l'été. J'avais agi spontanément. Témoignage, ou ex-voto. J'avais décidé de faire confiance, de me risquer à vivre, presque indifférent aux divers jugements ou avis contraires qui ne manqueraient pas de m'accompagner dans mon choix.

Le train qui m'emmenait était devenu à la fois complice et ami. Je m'épanouissais déjà. L'aventure avait pour le moment, le goût du miel."

quel bonheur de s'amuser ainsi

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F08%2Fdefi-11-le-train-soufflait-sa-vapeur-haut-dans-le-ciel-textes-et-illustration.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

Animal ! Tu es un animal ! Toi Humain ! défi 10

Nouveau texte de Pierre-Jean à partir de mon illustration

"Animal ! Tu es un animal ! Toi Humain !

Tu as oublié tes racines, ta première cellule,

Le vivant d'où tu es issu, ton origine !

Tu as laissé ta foi aux objets perdus !

Croire c'est presque pouvoir ! Le reste ne dépend que de ta volonté !

Regarde le masque, regarde le loup ! Ses yeux sont vides,

car il attend les tiens pour s'animer !

Les masques, les effigies sont universels et représentent tes inconnus, ce que tu ne maîtrises pas.

Es-tu prêt ? Es-tu prête ?

Etonnante perspective de mettre un masque pour mieux poser celui que tu t'imposes chaque jour !

Es-tu prête ? Es-tu prêt ?

Tes rêves ne sont pas que des rêves

Et ta réalité est aussi un songe, malgré les apparences.

Humain ! Deviens un animal ! Peut-être ainsi, oublieras-tu tes médisances, tes jalousies, tes calculs et tes manipulations.

Le sacré ne dépend pas que de toi ! Il te dépasse ô combien !

Humain ! Retrouve-toi !

Espère juste qu'il te soit donné encore un peu de temps..."

Voici la photo que j'ai prise pour avoir la position (beaucoup moins glamour que l'illustration, lol)

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F07%2Fanimal.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

La danse – défi 5

Défi en changeant la donne, c'est Pierre-Jean Baranger qui écrit à partir de mon illustration

"Dis-moi, tu danses ? Ne me dis pas « non » tout de suite ! Regarde ! La piste t’attend !

Viens, allez, danse ! Juste vouloir franchir les barrières que tu dresses autour de toi !

Je t’attends, nous t’attendons tous ! Tu n’es pas juste un réverbère posé sur le trottoir !

Tu n’es pas là juste pour éclairer un peu du Pont des Arts, ni l’arlequin qui amuse les passants !

Tu n’es pas juste là pour servir de support à celui qui vacille au cœur de la nuit !

Viens, allez, danse ! Accepte la main tendue ! Elle t’arrache à ton confort, à ton immobile,

Pour te convier à l’incertitude de l’équilibre, à la jouissance de la vie !

Fais confiance à ta main qui s’offre à la mienne,

Fais confiance à tes pieds car Ils trouveront toujours un endroit où se poser,

Viens, allez, danse ! Je t’enlacerai pour que tu ne tombes pas, je te le promets.

Tu as ta place ici ! Allez, viens !"

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F07%2Fla-danse-defi-5.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

La venue féérique

fée

Texte de Pierre-Jean Baranger

"Le volet en bas claqua avec violence, la faisant sursauter. Irina comprit qu'elle devrait encore affronter ses peurs, ce soir ! Le vent poussait devant lui des nuages lourds qu'elle voyait monter à l'assaut du versant comme des taureaux furieux. Irina avait peur de ces orages résonnant l'été sur les plateaux de roche blanche, laissant vibrer les carreaux et résonner l'espace, tel un gong d'airain.

Déjà deux ans ! Deux années pleines de vide, qu'elle meublait de ses heures. Deux années à l'attendre, chaque jour. Il partait tôt et revenait tard, épuisé, porté par son travail sur des routes étroites, avant de rejoindre Mende. La Lozère avait son charme, mais une certaine âpreté ne lui faisait pas défaut.

Soudain, quelqu'un frappa. Elle sursauta à nouveau. Qui pouvait venir ici ? S'égarer là ou nul chemin ne menait ? Elle descendit de la chambre, traversa la grande pièce servant de cuisine et de salle à manger. Au passage, elle jeta un œil à la cheminée où le courant d'air mugissait sourdement désormais. Elle ouvrit avec prudence la porte, résistant à l'assaut du vent et de la pluie. Une ombre s'engouffra devant elle, sans se soucier des présentations. Le temps viendrait. Plus tard. L'éclair frappa le plateau non loin, illuminant brièvement les visages. Avant de prononcer un mot, ils attendirent la déflagration sèche, déchirant l'air comme une feuille de papier journal.

L'inconnu retira la capuche de son ciré. L'inconnue plutôt. Un visage d'ange, encadré de cheveux blonds collés par la pluie. La beauté d'une divinité apparue au coin d'un mystère. Irina offrit son plus beau sourire.

- Vous venez d'où ? Osa-t-elle.

L'inconnue montra le ciel du doigt.

- vous êtes descendue des nuages ?

Irina regretta aussitôt sa spontanéité.

- Non. Je parcours la montagne à la recherche de mon passé. Et si je suis devant vous, c'est que vous habitez la maison de ma mère....

Irina resta pétrifiée ! Une inconnue débarquait en plein orage pour lui parler d'héritage ! Devant son attitude, l'inconnue se hâta d'ajouter quelques mots.

- Je ne viens pas la reprendre, mais vous remercier.

- de quoi ?

- d'être capable d'aimer cet endroit... Ce n'est pas si évident, vous savez !

Irina lui proposa de s'asseoir, de boire quelque chose. L'autre femme accepta.

- Je crois que l'amour nous dépasse. Il nous dépasse tous !

Pourquoi avait-elle dit cela ? Irina n'en savait rien.

L'inconnue sourit, but un peu d'eau. Dehors, le noir se déchirait sous les éclats blancs.

- Vous avez raison. Mais ce que vous dites ici, est-ce ce lieu qui vous l'a murmuré sans cesse depuis que vous l'occupez ?

Ce que Irina ne savait pas encore, c'est que le destin voyage parfois incognito, même au cœur des orages les plus violents...Elle ne tarderait pas à l'apprendre."

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F07%2Fla-venue-feerique.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

En décidant de prendre des leçons de violoncelle afin de parfaire son jeu – défi 3

défi3-ok

Une illustration à partir du superbe texte écrit par Pierre-Jean Baranger

"Jamais son existence ou l'enseignement reçu n'aurait pu répondre à ce qui se passa dans sa vie cette année-là. En décidant de prendre des leçons de violoncelle afin de parfaire son jeu, elle était loin d'imaginer où ces heures l'emmèneraient.

Ce fut si rapide !

Il se levait, tournait autour d'elle comme pour délimiter le cercle sacré d'où sa musique s'élevait. Puis il s'approchait, Il repositionnait l'instrument entre les jambes de son élève, effleurait d'une main légère le coude du bras maniant l'archet, la main dans sa tenue. Elle, concentrée sur sa partition, acceptait ce contact étrange et nouveau.

- Ton mouvement ! N'oublie pas que tu n'es qu'une avec ton violoncelle ! Vous faites l'amour et de votre étreinte naît votre interprétation ! Le résultat pour celui qui ose entendre et surtout écouter, doit offrir toute la sensualité de votre alliance, à ton instrument et à toi ! Ne brise pas son corps lorsque tu le serres entre tes jambes, laisse-le pleurer de joie ou de tristesse à la manière d'un amant éploré ! C'est ton bras, ce sont tes mains qui le guident ! Il vibre par la caresse de ton archet ! Joue, tel un ange !

Elle rougissait à peine. Mais elle sentait bien que ses barrières les plus intimes devraient un jour se lever pour atteindre le degré de jeu qu'elle et lui espéraient.

Elle en vint à attendre les leçons avec impatience et ardeur. Elle était troublée, comme si elle échappait à sa condition, à sa famille, à la société, au jugement qu'elle redoutait. Un jour enfin, elle s'offrit pleinement à son violoncelle. Bach s'y prêtait si bien ! Elle termina le morceau le souffle court, les joues rouges et légèrement échevelée, presque confuse et étrangère à elle-même. Transcendée.

A l'absence de paroles de la part du professeur, elle ne répondit qu'un seul mot : Merci."

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F07%2Fen-decidant-de-prendre-des-lecons-de-violoncelle-afin-de-parfaire-son-jeu-defi-3.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

la pierre précieuse – défi 2

la pierre précieuse - défi 2

Une illustration à partir du superbe texte écrit par Pierre-Jean Baranger

"- Ouvre ta main !

La demande avait claqué comme un ordre et l'enfant leva vers son père un regard implorant.

- Ouvre ta main, te dis-je ! Que caches-tu ?

Le gamin, comme si sa volonté cédait devant l'adulte, déplia un doigt, puis l'autre, presque lentement. Il me sembla voir une fleur s'épanouir. Au milieu de sa paume, un tout petit caillou se dévoila. Il avait une forme particulière ; un minuscule cœur de pierre. Son père s'agenouilla devant lui, plongea son regard dans les yeux de son fils. Presque à voix basse, contrastant avec le ton utilisé jusqu'à maintenant, il lui demanda :

- De quoi avais-tu peur ? Qu'il s'envole ?

L'enfant opina du chef, au bord des larmes.

- Ce n'est pas ça... L'autre jour, tu as dis que ton ami avait un cœur de pierre. En marchant, je l'ai retrouvé par terre. Je voudrais le lui rendre.

- Mais ce n'était qu'une expression, ne t'inquiète pas !

Le gosse secoua gravement la tête.

- Si, je m'inquiète. Le cœur de pierre, il ne bat plus pour personne ! Je le sais, j'ai écouté. Mais peut-être qu'en le gardant dans ma main, il rebattra un jour... "

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F07%2Fla-pierre-precieuse-defi-2.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

La femme s’affala dans son canapé – Défi 1

femme à la biere

Une illustration à partir du superbe texte écrit par Pierre-Jean Baranger

"La femme s'affala dans son canapé, précisément là où son corps fatigué creusait, jour après jour, la mousse des coussins. Elle prit la télécommande et alluma le téléviseur, récupéra sur la table basse la bouteille de bière juste ouverte. Elle jeta un œil distrait aux images, un peu indifférente. Du sport ! Et pourquoi pas ?

De toute manière, elle pouvait regarder ce qu'elle voulait comme programme, nul ne contesterait son choix ! Elle était seule, depuis longtemps. Ses enfants étaient partis, son mari aussi. Elle ne se souvenait plus trop dans quel ordre ! Une fatalité, aurait dit sa mère. Elle tendit la main, attrapa la peluche usée qui semblait assise là, tout près d'elle. Elle la fixa comme si, au travers de l'imitation de vivant, pouvait se deviner tant d'histoires passées. Mais ce qui l'intéressait presque de manière brutale, à la mesure d'une soudaine conscience, c'était l'avenir, son avenir, même si elle n'arrivait pas à lui donner à ce jour, une véritable forme. La femme devinait que tout pouvait changer, voilà tout.

Une décision s'imposa, celle d'aller respirer dehors, de quitter ce moulage dans son siège pour trouver le changement qu'elle attendait. Elle s'arracha du canapé, se tint immobile, presque oscillante, comme si quelque chose manquait. Soudain, elle mit la bouteille entre les pattes de l'ancien doudou. Ce dernier se tint coi. Qu'aurait-il pu dire, d'ailleurs ? Qu'il n'aimait pas le sport sur le petit écran et qu'il préférait le diabolo-menthe ? Elle abandonna ce tableau sans regret, d'une peluche regardant la télé, avec une bouteille de bière coincée contre son torse..."

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F07%2Fla-femme-saffala-dans-son-canape-defi-1.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light

Fresque murale pensée et peinte par les enfants dans la cantine scolaire

Cette fresque était nouvelle pour moi. J'en ai déjà réalisées plusieurs (voir toutes les fresques). Mais là, on me demandait de faire participer les enfants.

Fresque réalisé par les enfants de st auvent

Le défi était donc d'avoir une jolie décoration sur le mur de la cantine, tout en faisant participer les enfants de la petite section de maternelle au CM2.

L'école entière travaillait sur le projet.

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.laure-illustrations.com%2F2018%2F06%2Ffresque-murale-cantine-scolaire.html&layout=standard&show_faces=true&width=450&height=80&action=like&font=arial&colorscheme=light
Les images présentent sur ce blog ne sont pas libre de droit, vous ne pouvez pas les utiliser sans avoir l'accord de l'auteur. Pour toutes demandes et questions : laurephelipon@gmail.com
Page 1 sur 8912345102030Dernière page »
Je suis illustratrice jeunesse et Graphiste, le dessin, la peinture et les collages sont une vraie passion !
Vous allez si vous le souhaitez rentrer dans un petit monde fait de personnages sortis d'un imaginaire enfantin et naif. N'hésitez pas à me laisser un mail pour me faire votre commande (Peinture, faire-part, affiche)

16/10/2018 10h12
5 mois pendant lesquels Pierre-jean Baranger et moi avons sillonnés le Limousin, à la recherche de lieux magiques, de créatures fantastiques (parfois dangereuses) ! Et aujourd'hui nous avons entre nos mains, le résultat de cette aventure décoiffante ! Comme je l'aime notre livre ! 25 contes et légendes sortis de la plume d'un auteur que j'admire, des pages de croquis avec des notes d'humour subtil. Il y a même la carte du Limousin pour que vous puissiez vous aussi retourner sur les traces de nos chemins de rencontre ! J'espère que ce livre vous emportera au pays de l'imaginaire et vous fera vivre les aventures avec autant d'intensité que nous avons pu les vivre !Je remercie de tout cœur Les Ardents Éditeurs qui portent notre projet, et Michaël Bettinelli sans qui tout cela n'aurait pas été possible ! Surveillez la page, je prépare un concours pour faire gagner un exemplaire du livre <3 ;)
15/10/2018 13h31
Jour 15: FAIBLE .... Mais pas seul...Je suis vraiment heureuse de m'être lancée, cette année, dans l'aventure Inktober. Je ne pensais vraiment pas que j'allais être embarquée de la sorte ds ces petites illustrations quotidiennes. Quand que je vois le mot à illustrer, je me demande vraiment ce que je vais bien pouvoir faire... Et à chaque fois j'ai l'impression de me surprendre moi-même de ce qui sort...c chouette de vivre ces "inattendus" #inktober #thefrenchinktober #inktober2018
15/10/2018 08h02
Nous recevons le livre normalement avant 15h !!!!!!! j'ai tellement hâte ! l’aventure qui commence avec Les Ardents Éditeurs et Pierre-jean Baranger est imminente !!!
14/10/2018 18h55
Jour 14: HORLOGEEt si nous prenions le temps...#inktober #inktober2018 #thefrenchinktober2018
14/10/2018 18h02
Merci Patrick Granger pour ces chouettes photos prises au salon de bellac hier ;)
13/10/2018 20h00
Jour 13: PROTÉGÉParce que nous avons tous une bonne étoile, un guide ou un ange qui veille sur nous... ^-^#inktober #thefrenchinktober #jakeparker #inktoberfrance #inktober2018
12/10/2018 14h11
Jour 12: BALEINE #inktober #inktoberfrance #baleine #thefrenchinktober2018 #inktober2018
11/10/2018 17h00
Jour 11: CRUEL#inktober #inktoberfrance #inktober2018 #thefrenchinktober2018
10/10/2018 20h28
Jour 10: FLUIDEPas évident ce mot ^^#inktober #inktoberfrance #fluide #thefrenchinktober #inktober2018
10/10/2018 10h24
j'ai réalisé cette affiche pour le spectacle de Jean-Emmanuel Scarfiglieri, N'hésitez pas à cliquer sur le lien pour en savoir plus ! C'est juste, drôle, poétique, émouvant et j'en passe : https://www.artesine.fr/spectacle-4671-melvil-malin.html
09/10/2018 16h57
Jour 9 : Précieux<3 Essayons d'être tendre et bienveillant avec notre enfant intérieur... <3#inktober #inktoberfrance2018 #thefrenchinktober2018 #inktober2018
09/10/2018 13h47
Je viens de recevoir le joli livre écrit par @Bénédicte qui sera distribué ds les écoles ^^ avec un joli doré sur la couverture
08/10/2018 15h44
Jour 8 : ÉtoileUn grand auteur m'a dit de plutôt mettre de la couleur que du noir dans mes inktober, je me suis dis que c'était une bonne chose de suivre ses conseils ;) #inktober #inktoberfrance2018 #thefrenchinktober2018 #inktober2018
08/10/2018 13h44
Pour les personnes qui m'ont donné les mots : lapin, métis et ange ^t^
07/10/2018 19h27
Jour 7 : Epuisé#inktober #inktoberfrance2018 #thefrenchinktober2018 #inktober2018
06/10/2018 18h58
Jour 6 : Salive#inktober #inktoberfrance2018 #thefrenchinktober2018 #inktober2018 #frenchkiss
05/10/2018 18h34
Jour 5: POULET#inktober #inktoberfrance2018 #thefrenchinktober2018 #inktober2018
04/10/2018 12h35
Jour 4: SORTILÈGE#inktober#inktober2018 #inktoberfrance2018 #thefrenchinktober2018
03/10/2018 16h49
Jour 3: RôtiC'est marrant cette technique ;) ça m'éclate bien#inktober #inktoberfrance #thefrenchinktober2018 #inktober2018
03/10/2018 10h04
Cette page est normalement destinée à mes illustrations... Mais parfois, il y a des perles comme ça, qui semblent tellement cotoyer mon univers que je suis obligée de partager ! que ça soit les images, la musique ou les paroles de la chanson... tout m'a ému ! Merci Jean-Manu et Samuel Mandonnaud pour vos créations <3
02/10/2018 19h01
Jour 2 : TRANQUILLEINKTOBER FRANCE #inktober2018 #thefrenchinktober #thefrenchinktober2018
02/10/2018 18h57
Cette année, je vais tenter de relever le défi Inktober ;)Un mot, une illustration rapide à l'encre sans passer par le crayon ^-^Jour 1 : ToxiqueINKTOBER FRANCE #inktober2018 #thefrenchinktober #thefrenchinktober2018
02/10/2018 09h22
J'ai réalisé une illustration pour Soasig Lorant qui est une très sympathique couturière <3 merci pour votre confiance <3
01/10/2018 15h35
oh yeaaaar ! des photos en direct de chez l'imprimeur de notre livre à paraître tt bientôt avec Pierre-jean Baranger !!!!! merci Les Ardents Éditeurs <3
26/09/2018 20h32
Le livre qui va sortir chez Les Ardents Editeurs avec Pierre-jean Baranger au texte, est partit chez l'imprimeur. Toute première fois que je vérifie un bon à tirer imprimé par les soins de l'imprimeur. Un chouette moment.
Laure Phelipon